Presse

Les histoires de l'île de la Réunion

Journal de l'Île de La Réunion, le 8 septembre 2015

«Les gouttes d'eau» : ainsi se nomme le petit dernier de Christoph Chabirand, publié chez Orphie. Il s'agit de deux nouvelles entrecroisées, imprégnées du souffle d'un polar. Deux histoires qui ont pour décor les hauts de la côte ouest de notre île. Tout y est: amour, ami, alcool, drame...
La mission des lieutenants Picard et Cazambo, consiste, dans un premier temps, à enquêter sur une suite d'étranges accidents au sein d'une grande entreprise de transport dirigée par un homme, apparemment bien sous tout rapport.
Quelques pages plus loin, les deux limiers sont invités à résoudre une énigme qui les mènera jusqu'à l'île Maurice. Xavier, professeur d'éducation physique, converti à l'art pictural, se laisse gagner par un doute persistant...
Une erreur tactique visant à brouiller les pistes, une réflexion lâchée au hasard d'une beuverie entre amis: et tout un monde bascule rapidement.
Les récits concoctés par Christoph Chabirand sont courts, haletants, tendus comme des arcs et menés avec l'art consommé du rebondissement.

Chabirand primé sur internet

Quotidien de La Réunion, le 4 février 2015

Publié l'an passé chez Orphie, " Les yeux vair" de Christoph Chabirand a remporté le prix littéraire du site indépendant salondu livre.net.
Entre l'écriture et la musique, Christoph Chabirand n'a jamais su choisir. Passionné de jazz, joueur de trombone à pistons, il balance ses nouvelles d'un trait, d'un souffle. " J'écris très rapidement, quand je commence quelque chose, j'aime aller au bout. Cela s'impose à moi. Comme dans un solo de jazz, chaque note est importante", confie le fondateur de Djazadonf.

“ C'est gratifiant ”

Après une incursion dans l'univers du polar avec "Datura et soleil noir", deux histoires policières dont la trame se situe à La Réunion, l'enseignant retraité est revenu l'an passé à un format plus familier, la nouvelle, avec "Les yeux vair" (Orphie 18 e.). Un recueil de quarante-deux nouvelles qui s'est vu récemment décerner le prix www.salondu-livre.net 2015, accordé par un site qui se revendique comme indépendant et dont on ne sait pas grand-chose, même après l'avoir parcouru.

L'auteur lui même avoue n'en n'avoir jamais entendu parler avant d'être contacté il y a quinze jours. "Je ne sais pas comment cela est arrivé, je ne connaissais pas ce prix. Quelqu'un a dû envoyer mon livre" assure Christoph Chabirand expliquant être peu porté sur la promotion. "Cela fait plaisir quand les professionnels s'intéressent à ce que vous faîtes. Apparemment, ils distribuent une sorte de bulletin littéraire qui a 80 000 abonnés. Ils font la promotion du prix par ce réseau-là, par le biais d'une interview qu'on doit faire sur Internet", indique l'auteur, un Vendéen installé à Saint-Paul. " C'est gratifiant, même si on n'écrit pas pour avoir des récompenses".

Comme tout livre primé, "les yeux vair" va bénéficier d'un bandeau signalant aux lecteurs la récompense. Christoph Chabirand annonce la sortie de son prochain livre pour avril ou mai.

Thierry Lauret

Il y a un paralèlle entre un solo de Jazz et la nouvelle

Journal de l'Île de La Réunion, le 3 février 2015

Christophe Chabirand privilégie aujourd'hui la littérature à la musique et cet art de la fugue, vient de trouver une première consécration auprès d'un jury avisé.

Il écrit depuis toujours, mais publie depuis peu, prit qu'il fut, pendant longtemps par son activité professionnelle et sa grande passion pour la musique. Tromboniste, féru de jazz, il a créé les formations "Djazadonf" et "Softrio" avec lesquelles il a fait vibrer tout l'île plus qu'à son tour, écumant les scènes avec Ti Fock, Jacqueline Farreyrol, Manyan, Patrick Persée et autres pointures locales.

"L'écriture est un besoin un plaisir". il a affuté ses premières armes sur les meules de la poésie avant de se tourner vers le roman policier et la nouvelle. "Selon moi, il y a un parallèle entre une nouvelle et un solo de jazz. Il faut dire le maximum de choses en un minimum de notes, de mots", soutient-il.

"La reconnaissance des professionnels"

Concision, précision, caractérisent un style dont le trait dominant reste la rapidité de la narration et la facilité des variations des points de vue. "La nouvelle est un format en phase avec l'air du temps. De nos jours, tout va très vite et on lit de moins en moins". Loin de toutes fioritures et envolées lyriques !

Ses textes évoquent souvent La Réunion son île d'adoption depuis qu'il a quitté sa Vendée natale en 1986. "Je parle de La Réunion pour lui témoigner mon amour et la faire connaître de part le monde. Je n'en fais pas toujours que des éloges, mais qui aime bien châtie bien. C'est parce que je regrette certaines déviances, aussi, que je me permets quelques remarques".

A son grand étonnement, l'auteur saint-paulois vient d'être primé au "Salon du livre.net" pour "Les yeux vair" un recueil de nouvelles paru à la fin de l'année dernière. Les personnages y sont flamboyants et l'énergie est abondante. "Ce concours est, sans doute, une idée de l'éditeur. Je n'en étais pas informé. C'est toujours plaisant d'avoir la reconnaissance de professionnels de la littérature. Grâce à cela j'aurai un peu plus de visibilité. C'est un bon soutien".

Il n'en est pas à sa première distinction du reste. L'an passé, déjà, les "Appaméennes du livre" ( commune de Pamiers en Ariège- Pyrénées) l'ont mis à l'honneur. ' "C'était pour une nouvelle seulement, cette fois c'est tout un recueil qui est retenu. C'est plus gratifiant".
Inconditionnel de Maupassant, Carver et Poe, Christophe Chabirand, met actuellement la dernière main à un nouveau polar pour une parution vers avril ou mai au plus tard et, dans le même temps affine un recueil de nouvelles.
Toujours dans une phrase musicale imprégnée de verve et de liberté, mariant le vrai et le vraisemblable.

Alain Junot