Presse

Toccata et fugue

LIRE EN VENDÉE, le 15 avril 2018

Toccata et Fugue

En 1 des filles, non une fille, canon, fuselée, ambrée, cambrée,
dressée...En 2, des notes de jazz, des volutes, des échappées, des
arabesques, toccata et fugue...

En 3, les vibrations de la moto, les gaz, les accélérations, les
embardées...En 4, La Réunion, la mer, le volcan...

Au final un cocktail explosif, c'est la recette Chabirand,succès assuré.
Toujours, le même cadre mais des situations inattendues et parfois des
surprises pour notre héros et bien sûr pour le lecteur qui s'en laisse
volontiers conter.

C'est chaud, c'est frais, vous nous en remettrez bien quelques autres.

Toccata et fugue Orphie,220p., 10 euros.

J.R.

Christoph Chabirand: éclectique et passionné

J.I.R., le 18 novembre 2017

LITTÉRATURE. Nouvelliste prolifique, musicien confirmé, Christoph Chabirand cultive une appétence de la vie. Ses compositions et improvisations enthousiastes propagent toujours une belle émotion. Son goût pour la littérature remonte à sa plus tendre enfance. "J'ai toujours eu des livres à disposition, très souvent de beaux livres. Ma mère m'a appris à aimer lire mais aussi l'objet qu'est le livre. Il est si agréable de dévorer un ouvrage fait d'un beau papier et doté d'une belle reliure. Dès l'âge de sept ans j'ai bénéficié d'un abonnement à la bibliothèque de la ville où je suis né et, chaque semaine, je faisais le plein d'ouvrages. C'est une chance que de naître dans une famille où, d'abord l'on vous raconte des histoires, des contes, des légendes et où la lecture est une activité importante".

"TOCCATA ET FUGUE"

Formé à bonne école, très tôt le petit Christoph eut envie d'échafauder de belles histoires à son tour. Depuis une vingtaine d'années il s'y attelle régulièrement et avec bonheur. Installé à La Réunion depuis 1986 il puise son inspiration au plus profond de la réalité locale. Il y a toujours en lui comme une joyeuse éruption disponible, sa voix elle-même semble retenir un magma euphorique et le polar reste son style de prédilection. "Le polar est un peu un défi que je relève. En effet, lorsque j'ai intégré les éditions Orphie, on m'a demandé de rejoindre cette collection. Mais tout compte fait, le polar est bien dans la continuité de la nouvelle, puisque cela demande concision, précision et rythme".
Voila qu'il nous donne, ces jours-ci, un nouveau "POM" (Policier outre-mer: titre de la collection) à croquer. On y retrouve Chabirand tel qu'en lui-même, avec une bonne dose d'humour et cette expertise certaine dans l'art de tresser des intrigues déroutantes, aussi soignées qu'inspirées, à vous changer la fatigue en joie.
"Toccata et fugue": tel est le titre de ce dernier opus mené tambour battant. L'auteur a choisi le registre musical puisque la musique fait partie de ces pierres de lumière qui agrémentent ses jours et ses nuits. Tromboniste, père-fondateur des groupes "Softrio" et "Djazadonf" il se plaît à arpenter sans cesse les passerelles entre musique et écriture. "Les rapports entre jazz et écriture sont tout aussi évidents qu'étroits. L'improvisation est essentielle dans le jazz qui, contrairement à ce que les non-initiés croient, obéit à des règles strictes. Il s'agit, à travers le chorus ou le solo, de raconter une histoire avec des notes-les mots- de manière harmonieuse et qui doit avoir du sens -les phrases- dans un cadre intelligible et rigoureux que sont les harmonies d'un morceau-la langue avec ses règles orthographe, grammaire. Les histoires que racontent les chorus, sont généralement courtes, réclament par nature précision et concision et s'adressent tout autant à l'esprit qu'au coeur. Voila ce qui fait l'essentiel d'un bon chorus ou d'une bonne nouvelle aux outils différents mais pour moi très proches".

A.J.

Les dernières nouvelles de Chabirand

Ouest France, le 17 décembre 2016

Halloween, tel est le titre du dernier livre écrit par Christoph Chabirand, ce Luçonnais pur jus qui vit sur l'île de La Réunion. Prolifique, le Luçonnais de La Réunion! A raison d'un livre par an depuis six ans, pratiquement sans quitter son genre préféré: la nouvelle.

Des histoires au style concis, presque dans l'épure où le décorum est cette île française de l'hémisphère sud. Car Christoph Chabirand, natif de Luçon (1958), marié à une fille de Saint Étienne de Brillouet, a désormais plus d'années là-bas, même si sa jeunesse et ses premières années d'enseignement sont marquées par le Sud-Vendée. Enseignement dont il est désormais retraité, profession qu'il connaît bien et qui le rend parfois impitoyable quand il met en scène ceux de sa corporation,impitoyables sur "leur manière de vouloir faire la leçon à la terre entière". Il est vrai que Chabirand ne fut pas un instit' tout à fait comme les autres, amateur de Gauloises, de trompette et de moto. D'ailleurs pas une nouvelle sans l'ombre d'une moto, comme La Ravat, où il rend hommage à son vieux pote Henry. Et pas une nouvelle sans un petit chorus de jazz. Au total 40 histoires, avec une attachante galerie de portraits, également un attachement certain à cette île qu'il n'a plus envie de quitter à la retraite arrivée.

Halloween, Christoph Chabirand, Orphie Éditions
234 pages, 15,90 euros.

Philippe Gilbert